#eiverTip 47 : Les règles d’or d’eiver pour la conduite en ville

Pour la conduite en ville, s’il n’y avait que 3 conseils à retenir (pour devenir un super « eiverNaute » urbain !) ce serait surement cette sélection là. Allez-y expérimentez, si ce n’est déjà fait. Et pour mesurer l’impact sur votre consommation en ville, eiver est là.

Prenez la route du côté ZEN

Conduite en ville entre vélos et scootersAvez vous compté le nombre de secondes que vous gagnez après avoir « décollé » en trombe au feu, avant de vous arrêter au feu suivant ? N’avez vous pas été de temps en temps surpris de retrouver à côté de vous le vélo que vous aviez dépassé 200 m plus tôt ? Et pire, de voir ledit vélo vous passer sous le nez sans s’arrêter, parce que, oui, le feu vient de repasser au vert. Le B-A-BA de la conduite en ville. Bref, on se prend une bonne leçon d’éco-conduite si on experimente nous mêmes ce genre de situation.

Une conduite souple et fluide, sans agressivité et sans à-coup évite des surconsommations importantes, surtout en ville. Anticiper et rouler calmement, c’est moins de stress, moins de pollution et des économies de carburant.

Passez les vitesses….vite.

La limitation de vitesse en ville (30 et 50 km/h) limiterait notre capacité à économiser Conduite en ville - eiver - levier de vitesse du carburant. hum, hum. Vous en êtes sûr(e) ? Effectivement si on reste sur des rapports de vitesse faible (1ère, 2ème, 3ème) pendant notre trajet, ça peut effectivement allonger la note. A vitesse égale, plus le rapport est faible et plus le régime moteur est fort. Rappelez-vous une règle simple, si vous dépassez les 2000 tours/minute (diesel) ou 2400 tours/minute (essence), votre rapport est mal adapté et vous consommez trop. Comme on n’y pense pas souvent, et qu’on change souvent les vitesses en ville, on accumule les risques de surconsommer. N’hésitez donc pas à passer le rapport le plus haut possible afin d’appuyer le moins possible sur l’accélérateur. Quand vous montez les rapports (passez les vitesses), vérifiez bien que l’aiguille du compte tour ne dépasse pas la limite 2000/2400. C’est valable pour toutes les voitures, même les boîtes automatiques (eh oui, on peut aussi doser son effort sur la pédale de droite).

Choisir le régime adapté à la vitesse à laquelle on roule est un facteur important d’économies : ne pas pousser le régime moteur peut faire économiser jusqu’à 40% de carburant en ville.

Mettez le moteur sur « Pause »

Enfin, arrêter le moteur en stationnement ou en file d’attente à la station-service, c’est une bonne habitude à prendre ! Mais quelle est la règle ? Combien de temps doit on attendre avant d’arrêter le moteur ?

Contrairement à ce que l’on pense souvent (notamment à cause de ce qui se passait sur les anciennes voitures), les moteurs actuels, plus performants, supportent très bien les arrêts intempestifs. Il faut donc adapter notre comportement à cette nouvelle donne, lors de nos attentes – souvent fréquentes lors d’une conduite en ville.

Un moteur qui tourne inutilement consomme nécessairement du carburant, inutilement… En revanche, couper son moteur en circulation n’est pas recommandé, pour des raisons de sécurité. Ne le faites que si vous maitrisez le redémarrage rapide ou si votre véhicule est équipé d’un système « Start/stop ». On évitera donc cette pratique pour des arrêts qui risquent d’être inférieurs a 30 secondes. Eiver vous demandera, au delà de 2 minutes d’immobilisation, si votre trajet est terminé. Un bon moyen de se rappeler de couper son moteur si nécessaire.

Coupez le moteur pour les arrêts de courte durée. Par exemple, en attendant votre tour à la pompe à essence, ou lorsque vous attendez quelqu’un, ou encore, lorsque vous vous trouvez dans un bouchon manifeste et que tous les paramètres vous indiquent que « ça va durer ». Lorsque vous rallumez le moteur, n’appuyez pas sur la pédale d’accélérateur. La consommation de carburant d’un moteur moderne au ralenti s’élève à environ 0,7 litres par heure en fonction du type de moteur.

Voitures plus anciennes.

Les voitures à essence plus anciennes équipées d’un carburateur (fabriquées généralement avant 1990) consomment parfois plus de carburant au démarrage. Dans ce cas, du point de vue de l’efficacité énergétique, il n’est évidemment pas judicieux de couper le moteur pour des arrêts de courte durée même pour une conduite en ville.

Par conséquent, le moteur ne doit être coupé que dans des situations ne présentant aucun risque pour la sécurité routière. Gardez toujours à l’esprit que l’efficacité énergétique ne doit jamais passer avant la sécurité.

Posted in Conduite, eiverTip, Sécurité active and tagged , , , , , , , , .